Clôture de la dizaine

Invitation aux médias

Clôture de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo jeudi le 28 avril PM

 

C’est aujourd’hui que nous apprendrons combien des 1159 enfants ont réussi à relever le DÉFI de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo, ni ordinateur.

400 élèves de l’école Les Bocages, à St-Augustin,

327 élèves de l’école du Bois-Joli, à Trois-Rivières, au Québec,

432 élèves de l’école des Pionniers, à Orléans, en Ontario.

Le nombre d’enfants aux prises avec des troubles de comportement a plus que triplé au cours des 2 dernières décennies. Parmi les facteurs qui ont favorisé cette hausse, l’exposition à la téléviolence.

Les enfants consomment en moyenne 25 heures de télé, jeux vidéo et ordinateur par semaine. La télé diffuse toujours plus d’actes d’agression (+ 432% en 8 ans) comme l’ont démontré des chercheurs de l’Université Laval. Les jeunes constituent une cible importante pour les télédiffuseurs nord-américains. La télé cherche constamment à augmenter ses cotes d’écoute parce que les producteurs et les responsables de la programmation savent que l’augmentation de l’auditoire fera augmenter les revenus publicitaires. Plus l’auditoire augmente, plus les annonceurs seront prêts à débourser de fortes sommes pour atteindre l’auditoire. La télé est avant tout une entreprise qui vent des auditeurs à des commanditaires.* Pas de surprise lorsqu’on apprend que les messages publicitaires coûtent souvent plus cher à produire que les émissions elles-mêmes. Les agences de marketing recherchent constamment des failles dans la protection des enfants et sont à l’affût de leurs vulnérabilités psychologiques et sociales. Plusieurs études ont analysé le phénomène de dépendance à la télé sur un nombre accru d’enfants. Le sevrage est-il possible ?

Le fait que la pub destinée aux moins de 13 ans au Québec n’a pas empêché Hasbro d’utiliser le placement de produit pour vendre ses jouets : Tortues Ninja, Pokémon, GI Joe, etc. Les enfants d’Amérique du Nord encaissent 30 000 messages publicitaires par année.

Avec les jeux vidéo, les jeunes ne se contentest plus de regarder, ils commettent les crimes. Au cours de la dernière décennie, les producteurs de jeux vidéo ont utilisé une  violence de plus en plus cruelle pour capter, captiver et capturer un auditoire de plus en plus jeune. Toutes les études ont démontré les effets de ces jeux sur le développement mental des enfants et des ados. « Videogames give kids and teens the will, the skill ans the thrill to kill » affirme Dave Grossman, psychologue retraité de l’armée des États-Unis et directeur du Killology Research Project.  

Qu’arrive-t-il lorsque la famille accepte de fermer la télé ?

C’est ce qu’ont voulu savoir des centaines de parents et d’enfants des écoles Les Bocages, du Bois-Joli et des Pionniers. Ils se sont inspirés de l’étude menée par le docteur Tom Robinson, de l’Université Stanford, en Californie, qui a mesuré l’impact d’une réduction de la consommation de télé, de jeux vidéo et d’ordinateur sur la violence physique (-40%) et verbale (-50%).(2) Dans les 3 écoles en question, cet impact sera mesuré en mai et les résultats seront connus en juin.   

Jeudi après-midi le 28 avril, on célébrera la fin de ce jeûne télévisuel dans ces 3 écoles et les médias sont invités à recueillir les témoignages des enfants, des membres du personnel et des quelques parents qui auront pu se libérer pour se joindre à la célébration.

Pour renseignement, contacter la direction des écoles :

École Les Bocages, St-Augustin, Madame Nathalie Lavallée, directrice, 418-877-2733 ou 8003

École du Bois-Joli, Trois-Rivières, Madame Nicole Proulx, directrice, 819-374-6951, poste 2146

Écoles des Pionniers, Orléans, Monsieur Mario Asselin, directeur, 613-837-5595

 Pour joindre EDUPAX : Jacques Brodeur, 418-932-1562

 (1) Le président-directeur général de TF1 Patrick Le Lay, la grande chaîne privée française (l'équivalent du réseau TVA), avait déclaré l'année dernière que le rôle de la télévision était essentiellement de vendre à Coca-Cola «du temps de cerveau humain disponible». Sa déclaration avait fait scandale en Europe. Cité dans Le Devoir, lundi 25 avril.

 

(2) Article de Tom Robinson dans le Journal de l’American Medical Association. http://www.edupax.org/Assets/divers/documentation/4_defi/SMARTAggressivity.pdf